Commander dès maintenant

Enfin conforme à l’édition originale d’Oswald Wirth

Les Tarots de 1889 et de 1926 &
Le livre de 1927
« Le Tarot des imagiers
du moyen-âge »

réunis dans une superbe édition.

Suivez-nous sur Facebook

Les 2 tarots d’Oswald Wirth, 1889 et 1926

Parmi les milliers de tarots recensés aujourd’hui, les deux tarots d’Oswald Wirth méritent une attention particulière. D’abord, parce que leur auteur, ainsi que le commanditaire du premier opus, Stanislas de Guaita, ont tenu un rôle majeur dans l’ésotérisme moderne,
à travers la Rose-croix et la Franc-maçonnerie.

Ensuite, parce qu’ils ont été dessinés par le même homme à presque quarante ans d’intervalle, et que les variantes qui les distinguent témoignent fortement de l’évolution de l’ésotérisme occidental au moment de son épanouissement, entre 1880 et 1930.

Enfin, parce qu’Oswald Wirth nous a aussi laissé un livre exceptionnel, synthèse de quarante années de travail personnel sur les symboles, la logique interne et l’usage divinatoire des tarots.

C’est cet ensemble, comprenant les deux tarots de 1889 et de 1926 et l’ouvrage de 1927 “Le tarot des imagiers du moyen-âge”, réunis pour la première fois, que nous avons décidé de reproduire aussi fidèlement que possible, dans une précieuse édition.

Restaurer dans sa pureté originelle l’œuvre de Wirth.

Il y eut déjà de nombreuses rééditions du Tarot de 1926 et de l’ouvrage de 1927, peu du tarot de 1889.
Mais l’œuvre originale a souvent été dénaturée. Ainsi, les lames ont été redessinées dans les années ’60 (à droite de l’image ci-contre) par Michel Siméon à partir des originaux de 1926, mais privées des décors imaginés par Oswald Wirth. C’est une des raisons qui nous ont incité à proposer une réédition (à gauche) réellement conforme aux originaux (au centre).

On trouve même un «vrai» tarot d’Oswald Wirth en 78 cartes, alors que notre auteur n’a dessiné que les 22 arcanes «car, à proprement parler, ce terme (tarot) ne revient qu’aux 22 cartes…» (Le Tarot des Imagiers… page 26).

Quant aux rééditions du livre, elles contiennent de nombreuses erreurs, certaines pages ayant même été interverties, rendant fausse l’interprétation kabbalistique. Il fallait donc se comporter en restaurateurs, et c’est ce que nous avons fait, avec cependant quelques aménagements:

Toute l’œuvre consacrée par Oswald Wirth au Tarot en un seul ensemble

Le Tarot de 1889 à côté de celui de 1926, reproduits avec précision et insérés dans un portfolio rigide recouvert de Balacron® servant aussi de présentoir. Le livre, exacte reproduction de l’édition originale de 1927, relié cousu. Le tout inséré dans un coffret rigide recouvert de Balacron®, titres et logos dorés.

Une reproduction fidèle

Les VRAIS tarots de Wirth, et non des cartes redessinées. 22 lames aux tons pastel pour chacun des deux jeux, épaisseur conforme à l’édition de 1889, dorure, coins ronds, sur carte contrecollée.

Des boîtages faits pour durer

Un carton compact de 15 à 20/10èmes de millimètres d’épaisseur recouvert de Balacron®, un matériau qui a fait ses preuves depuis plus de cinquante ans dans la réalisation d’objets précieux, imitant le cuir à la perfection. Les charnières du portfolio résisteront à de très nombreuses manipulations, elles sont faites pour cela !

Fait pour répondre à un usage intensif

À une époque de l’entre-deux guerres où les papiers, généralement très acides, se détérioraient rapidement, Oswald Wirth avait choisi un papier d’excellente qualité, le 1547 de la Papeterie Lafuma à Voiron. Malheureusement, l’usine a fermé définitivement en 1974. Nous avons donc cherché, et trouvé, un papier pouvant souffrir la comparaison, qui le remplacera très honorablement. Nous avons, tout comme Oswald Wirth, choisi une reliure cousue et non collée, qui pourra durer plusieurs siècles si nécessaire, et au besoin être réparée. Oswald Wirth, avait fait imprimer son ouvrage avec de grandes marges, pour permettre à ses lecteurs de le faire relier d’une couverture rigide. Vous n’aurez pas à le faire, notre édition est déjà reliée avec des plats rigides de 18/10èmes de millimètres, et nous lui avons ajouté signet et tranchefile.

Nombreux sont ceux qui, depuis deux siècles, prétendent nous révéler LE VRAI Tarot. Moins ambitieux peut-être, Oswald Wirth s’est contenté d’une étude approfondie de la symbolique du tarot médiéval, menée tout de même pendant… une quarantaine d’années ! De ce travail admirable, il a d’abord publié un premier jeu des 22 arcanes majeurs en 1889, à quelque 350 exemplaires seulement, et mis en couleurs à la main.

Puis, en 1926, il dévoilait un deuxième jeu, plus élaboré, et sans doute plus personnel. Enfin, en 1927, paraissait un ouvrage de 340 pages dans lequel il décrivait et expliquait, avec sa rigueur coutumière et son extraordinaire érudition, tous les symboles des 22 lames du Tarot.