Pour aller plus loin

BLOGS

Pourquoi existe-t’il deux tarots d’Oswald Wirth ?

Il faut remonter à la rencontre d’Oswald Wirth et Stanislas de Guaita pour comprendre l’existence du premier tarot : en 1887, Wirth était connu dans certains cercles d’initiés, tant pour ses dons de guérisseur que pour son « coup de crayon ». Il était franc-maçon, et c’est un autre initié qui, en la personne de Guaita, est venu lui demander d’employer ses talents de dessinateur et ses connaissances dans le domaine de l’ésotérisme pour créer un jeu de 22 cartes associées aux 22 lettres hébraïques.
En 1888, Guaita devenait grand-maître de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix, qu’il créait avec Joséphin Péladan, François-Charles Barlet, Papus, l’un des auteurs les plus prolifiques de l’époque dans le milieu ésotérique, ainsi qu’Augustin Chaboseau, ces deux derniers créant plus tard l’Ordre Martiniste.
Le premier jeu fut imprimé en 1889, à 350 exemplaires seulement. Papus en illustrera son livre « Le Tarot des Bohémiens », paru en 1899. Sans doute Wirth n’était-il pas totalement satisfait de cette première réalisation : collectant sans cesse de nouvelles informations sur les Tarots, affinant toujours son analyse, il publia en 1926, soit 37 ans après le premier, un nouveau jeu qui accompagnera son ouvrage « Le tarot des imagiers du moyen-âge » qu’il fit paraître en 1927.