Pour aller plus loin

BLOGS

Stanislas de Guaita

Stanislas de Guaita (1861-1897).

Cofondateur avec Joséphin Péladan en 1888 de l’Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix, qui eut aussi pour membres les musiciens Erik Satie et Claude Debussy et les occultistes Papus et Sédir, Guaita était, bien que très jeune, d’une grande érudition dans le domaine ésotérique, et possédait une riche bibliothèque dans laquelle Oswald Wirth puisa avec gourmandise.

C’est aussi lui qui, faisant de Wirth le germanophone son secrétaire, l’aida à écrire un français riche et précis : « Je lui suis redevable aussi de ma formation intellectuelle. Lorsqu’il (Guaita) voulut bien me prendre en amitié, je n’étais qu’un élémentaire manieur de fluide obtenant des résultats empiriques, mais très pauvre en notions raisonnées. Guaita possédait la lumière qui me manquait. Alors que je n’étais teinté que de spiritisme et d’une vague théosophie, il s’était assimilé la doctrine traditionnelle des maîtres de la science occulte, dont il se disait le très humble disciple. Partant d’Eliphas Lévi , il était remonté aux Kabbalistes de la Renaissance et aux Philosophes hermétiques du Moyen-Age, lisant tout et comprenant tout avec une prodigieuse facilité » (in : Le tarot des imagiers du moyen-âge, page 11″).

C’est Stanislas de Guaita qui fut l’instigateur du premier tarot de Wirth : « Me sachant dessinateur, il me conseilla, dès notre première entrevue du printemps de 1887, de restituer les 22 arcanes du Tarot à leur pureté hiéroglyphique et me documenta immédiatement en me confiant deux tarots, l’un français et l’autre italien, ainsi que Dogme et Rituel de la Haute Magie, l’ouvrage capital d’Eliphas Lévi, où le tarot est l’objet de précieux commentaires ».

Guaita est aussi à l’origine de l’adhésion au martinisme de Mauricè Barrès, son ami de lycée, et fut grandement influencé par les travaux d’Antoine Fabre d’Olivet, dont la traduction en français des “Vers d’Or de Pythagore” de Lycius fait encore autorité.

Stanislas de Guaita mourut fin 1897, sans doute victime d’une consommation excessive de drogues opiacées.